Tag:intérim

les-etapes-que-tu-vis-quand-tu-cherches-un-travail
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
21

Trouver un taff c’est comme se faire larguer par la fin. Au début tu te reconstruis, puis vient la déception et la colère. On t’a recalé et tu déprimes. Puis tu recommences. Tu es bien obligé(e) de nourrir ton poisson rouge.

PHASE 1 : RECONSTRUCTION
« j’ai besoin d’un taff pour m’acheter des fringues »

Ça y est. Tu le sais, t’en as conscience. Tu as procrastiné jusque-là mais on arrive au bout de la deadline. Tu dois trouver un boulot. Pour nourrir ton chat ou pour devenir riche, peu importe. Tu es enfin arrivé(e) au moment où tu dois te bouger le cul pour te mettre à poil devant la société.

Tu acceptes et tu te motives. Tu te donnes confiance, tu inspires, tu expires et tu t’y mets.

Mais par quoi dois-tu commencer ?

Faire un CV de fifou

Premièrement, tu sais qu’il faut optimiser ton CV.

Mais tu te dis : merde, comment on fait un CV déjà ? Tu t’es branlé(e) pendant un an et les tendances ont changé ou tu n’as jamais été un pro en créa’ de CV, même sur word. Alors tu fais comme tout le monde, tu demandes à ton poto Google de l’aide. Tu télécharges un template ou si t’as fait photoshop 2nd langue, tu t’éclates à coloriser ta vie professionnelle.

On ne va pas se mentir. On a tous plus ou moins « embelli » notre CV. Mensonge ou omission, peu importe la nuance, on a tous ajouté des compétences ou des expériences quasi-inexistantes. Ne le nie pas, je te vois. Tu tapes rigoureusement « responsable du pôle confection » alors qu’on sait tous que tu déballes juste les slips des cartons dans une boutique de fringue.

C’est le Job Game.

Un CV sert à te vendre, alors si tu peux assumer tes « embellissements », personne ne remarquera tes fausses informations. C’est mieux d’avoir un CV plein et bien construit, qu’un autre avec des trous professionnels dans tous les sens. Le mieux est quand même d’avoir un minimum de compétences sinon tu vas très vite te retrouver dans la merde une fois devant le costume cravate qui te fera passer l’entretien.

Choisis un statut de poste qui te valorise. Quand on voit les annonces actuelles, les recruteurs te demandent de faire le même taff que tu sois « assistant en communication » ou « responsable digital webmarketing commercial recrutement international ». Les entreprises, elles-mêmes, se trompent dans les statuts et cela peut t’induire en erreur. Encore une fois, si tu peux défendre tes choix, tout passera.

Les petits conseils de Miss MC

  • Inspire-toi d’autres CV dans ton domaine sur Internet.
  • Copie la même couleur si ça représente bien ton job, la même mise en page si c’est ce qui est vendeur. T’en as rien à foutre, t’es dans le CV Game, que le meilleur gagne.
  • Revois la mise en page de tes informations sur Internet.
  • Si tu n’as pas de potos RH, recherche ce que tu dois mettre en avant. Expériences Pro en premier ou compétences ?
  • Choisis un modèle simple et facile à modifier #WordEstTonAmi.
  • Il y a des tonnes de modèles de CV sur word/photoshop à télécharger gratuitement. Tout le monde n’a pas la puissance du design, et même sur word, tu peux faire des CV créatifs qui passent crème.
  • Photo ou pas photo, that’s the question ! Il y a encore trop de connards malgré eux pour lesquels ta gueule ne reviendrait pas. Je te conseillerai de ne pas mettre de photo, comme ça ils t’évalueront sur tes compétences en premier.

Ecrire une lettre de motivation béton

La lettre de motivation, c’est du pareil au même. On ne va pas changer une équipe qui gagne. Et que je te blablate des conneries. Qui la lira de toute façon ta foutue lettre ? Que tu t’emmerdes à écrire une putain de lettre à t’en faire jouir les globes oculaires ou une basique que tu copy/paste à chaque candidature, il n’y a presque aucune différence. Souvent, les recruteurs demandent une lettre de motivation pour la forme ou s’ils doivent « à tout hasard qui n’arrive presque jamais » te départager avec un autre candidat. Mais si tu n’as pas réussi à les scotcher avec ton CV, la lettre de motivation sera lue probablement une fois sur dix, et encore je suis sympa.

Les petits conseils de Miss MC

  • Trouve des modèles de lettre sur Internet.
  • Ecris une lettre universelle que tu peux personnaliser en fonction de chaque entreprise.

Ecrire une lettre de motivation bien « personnalisée » en fonction de chaque offre relève du défi. Il faut blablater, thèse-antithèse-synthèse et que je te ressors les cours du lycée mais à quoi bon ? Une lettre est un travail de synthèse. Il vaut mieux privilégier une lettre simple et concise plutôt qu’un long éloge de l’entreprise (qui ne sera quasiment jamais lu si t’as bien suivi). Alors écris une lettre universelle et personnalise là pour chaque entreprise en y ajoutant quelques lignes.

  • Organise tes paragraphes et la structure de la lettre

Commence par 1/ce que tu cherches 2 /ce que tu es  3/pourquoi l’entreprise t’intéresse et comment tu peux l’aider 4/ bisous, à bientôt en live (les pros vont te dire que ce n’est pas dans le bon sens, mais osef, de toutes façons, qui va lire ta foutue lettre déjà ?)

Le tableau de récapitulatif, c’est ton gars sûr

Tu postuleras à tellement d’annonces que tes yeux vont finir par se dire bonjour. Alors comment ne pas faire l’erreur de postuler à la même offre (postée sur un site de recrutement différent bien sûr) ?

Tu dois te faire un tableau de récapitulation. Word, Excel, même en papier, peu importe, du moment que tu fais un suivi de tes candidatures, tu seras un pro.

Nom de l’entreprise, adresse, nom du recruteur, nom du poste, date de candidature, date de réponse, … n’ajoute pas non plus trop d’infos, tu risques de t’y perdre. En plus, ce tableau pourra te resservir plus tard (si tu te fais jeter comme une merde après ta période d’essai ou si ton responsable est un psychopathe).

 Liste des sites de recrutement           

Tu enregistres en favoris les différents sites de recrutement qui proposent des offres dans ton domaine. Rien à foutre du « aish j’suis un pro pas b’soin », tu vas voir que sans ça tu vas galérer. Alors autant gagner du temps non ?

Les petits conseils de Miss MC

  • Créer différents dossiers dans tes FAV de navigateur internet : Job à postuler / Job postulés / Site RH. Crée bien tes dossiers pour ne pas t’y perdre. Ou enregistres en PDF ou fichier word les annonces auxquelles t’as postulées (car elles disparaissent à un moment donné)
  • Remplis ton CV en ligne sur chaque site de recrutement, cela permettra aux moteurs de recherche de te retrouver. Donc fais bien attention aux mots-clés que tu tapes

PHASE 2 : ACCEPTATION « aller je me lance, mon chômage expire dans trois mois »

Allez, c’est parti. Ton CV et ta Lettre de motivation sont prêts. Tu te fais ton planning, tu vas postuler tous les week-ends, tous les soirs, ou tous les matins. Tu es motivé(e), t’y vas à fond.

Au début, tu es pointilleu(se)x, tu postules seulement aux offres les plus proches de ton boulot.

Puis petit à petit, tu te rends compte qu’il y en a peu, alors tu postules à d’autres plus éloignées de tes aspirations, espérant qu’ils ne t’appelleront pas (parce que les entreprises sont à perpète ou que l’offre est à chier voire moins bien payée). C’est juste pour la forme, encore une fois.

Au bout de trois/quatre jours ça deviendra vite une obsession. Une nouvelle offre chaque matin ? ELLE EST POUR MOI, VAZY JE POSTULE DIRECT ! (d’où l’importance des dossiers FAV et du tableau récap’, t’as compris ?)

PHASE 3 : RÉSIGNATION « peut-être que c’est mieux qu’ils m’aient recalé(e), de toutes façons je ne kiffais pas leur boîte »

Puis te voilà en pleine descente. Au bout d’un mois, d’une semaine, même d’une journée, après tous tes efforts, les refus de candidature pleuvent. Une, voire plusieurs.

Tu découvres enfin ton égo et t’as mal.

Pourquoi ils ne t’ont pas pris ces bâtards ? T’avais bossé ta lettre de motivation à fond car tu kiffes leur entreprise, t’avais mis des « responsables » partout sur ton CV et ajouté que t’aimais le sport alors que t’as jamais foutu les pieds dans une salle de gym.

Tu te résignes.

PHASE 4 : TRISTESSE « pourquoi ils m’appellent pas sérieux, je suis si nul(e) que ça ? »

Le pire est quand ils te refusent ta candidature une à deux heures après que tu y as postulée. Comme si le RH avait check ton CV sur ses chiottes et avait tout de suite décidé que tu ne ferais pas l’affaire. Sans te laisser une chance de te défendre.

Et pire encore, tu es recalé(e) suite à un entretien (si t’as déjà eu la chance d’en avoir un) ou tu n’as AUCUNE réponse à tes 142253123520255 candidatures.

Pourtant, tu avais les compétences requises et c’est ça qui fait le plus mal. Pourquoi pas toi ? Et là tu t’énerves et tu revisites la liste des best insultes dans ta tête.

PHASE 5 : COLÈRE « aish ‘ ces enculés de recruteurs, qu’ils aillent tous se faire foutre ! »

Puis tu cherches une explication, tu te mets à relire les Lettres de motivation que tu as personnalisées pour chaque entreprise (bien sûr quand même il faut faire un effort coco) et tu découvres … que tu t’étais trompé(e) dans les « Monsieur, Madame » en bas ou en haut de ta lettre, que t’avais écorché le nom du responsable du recrutement, que tu t’étais trompé(e) dans le nom de l’entreprise, etc. Et tu pètes un câble contre eux. Et si tu ne découvres aucune erreur, tu pètes ENCORE plus un câble.

Mais en réalité, tu t’en veux.

PHASE 6 : DÉNI « je suis sûr(e) qu’ils ne m’appellent pas car ils n’ont pas reçus mon mail »

Et là tu te dis : peut-être qu’ils n’ont pas vu mes fautes dans ma Lettre de motivation ? Peut-être que c’est une erreur de mail automatique ? Peut-être que la personne qu’ils ont choisie va se désister et qu’ils vont te rappeler ? C’est peut-être parce que tu ne sais pas très bien parler anglais et qu’ils cherchent tous des bilingues ? Peut-être qu’ils n’aiment pas ta tête sur la photo ? Du coup, tu les appelles ou tu leur envoies des mails.

Tu relis les annonces des offres (que tu avais gentiment sauvegardées dans un dossier FAV « Job postulés » si t’as fait tes devoirs) et tu compares le nombre de compétences requises avec les tiennes. Tu analyses TOUTE l’annonce et tu cherches la moindre explication qui justifierait un refus.

Tu réalises bien que tu avais, à une virgule près, toutes les compétences requises.

Déprime totale.

PHASE 7 : DÉPRESSION « de toutes façons, la vie c’est de la merde »

Toi qui pensais que toutes tes expériences précédentes te permettraient d’avoir un job easy, que ton design de CV était le meilleur et que ta lettre de motivation était digne d’un prix Le Petit Robert, tu remets tes compétences en question. Pire, tu remets toute ta vie en question. Tu te dis : suis-je naze ? Combien de compétences faut-il encore acquérir pour avoir un putain de job aujourd’hui ?

En plus, tu check Facebook, et tu découvres que même tes anciens camarades les plus nazes de la classe ont trouvé un job avant toi et que les plus doués ou pistonnés se dorent déjà bien la pilule. Ça te rend dingue. Le monde est trop injuste !

Tu lâches un jour ou plus tes candidatures pour broyer du noir, d'enfourner ton frigo, tuer le plus de monstres dans les jeux vidéo ou t’enfiler le plus de verre dans un bar avec des potes.

Puis tu te poses et tu réfléchis à nouveau. Parce que, n’oublie pas, tu as toujours ton poisson rouge à nourrir.

PHASE 1 : RECONSTRUCTION « je dois me bouger le cul, je perds mon chômage dans un mois »

La pilule bleue ou la pilule rouge ?

La bleue, si ton CV est béton de chez béton, tu continues de postuler en oubliant tous ces putains de refus. Tu ne lâches pas l’affaire et tu espères avoir des appels pour des entretiens. Pour sûr, tu en auras un jour, j’y crois.

Ou alors, tu te renseignes sur le lexique de ton métier principal, tu mixes avec les compétences requises demandées (même si tu ne les comprends pas très bien) dans chaque annonce, et tu réorganises tout ça dans ton CV afin que ça fasse plus technique que clair. Par exemple, au lieu d’écrire si gentiment «  assistant(e) commerciale », tu écris « assistant(e) en business development ». Ca fait trop « In » alors que c’est quasiment la même chose. Oh, et aussi, enlève ta photo (si tu avais, malgré mes conseils plus haut, choisis de la mettre quand même). Si ça se trouve, ils n’ont vraiment aimé ta gueule.

La rouge, tu penses à un chemin bis. Si tu n’as pas les compétences requises, autant les acquérir non ? Alors tu te renseignes sur les formations, ou auprès de ton entourage. Tu discutes, tu analyses. T’es nul(le) en anglais ? Ce n’est pas grave, de nombreuses formations pas chères et rapides existent. Tu as des lacunes dans ton domaine ? Sois autonome, et chope des tutoriaux sur internet, rencontre des anciens camarades pour te briefer ou encore inscris-toi dans des groupes d’entre-aides (sur facebook par exemple). De plus, de nombreux sites de recrutement proposent des conseils d’experts en recrutement gratuitement.

Les petits conseils de Miss MC

  • Chaque jour, il y a des nouvelles offres sur les dizaines de site de recrutement, il y aura toujours de quoi te mettre sous la dent si tu continues à postuler.
  • Regarde sur Pôle emploi, sur les sites des Mairies, ceux des écoles. Il existe de nombreuses formations courtes et pas chères. Regarde aussi à l’international, un stage ou du bénévolat ne font pas de mal non plus sur un CV (voir les PVT, …).

PHASE 2 : ACCEPTATION « NOUVELLE VIE AISH MAGGLE ! »

Tu as enfin décroché plusieurs entretiens et un job à la clé ! Bravo à toi. La détermination et la rigueur finissent par payer un jour (mais on ne sait jamais quand malheureusement). Tu es Joie, tu te la pètes, tu payes tes tournées, t’es trop happy.

Ton responsable est cool, t’es payé assez pour ton loyer exorbitant et ton carton de nouilles instantanées. On est content pour toi.

Maintenant, fais profiter, paye nous le restau’ et pistonne nous dans ta boîte !

As-tu d’autres galères à ajouter à la recherche d’un job ? As-tu trouvé un boulot ? Est-ce que cela a été difficile ?

Partage ton avis et donne- nous tes conseils pour aider d’autres paumé(e)s comme moi qui cherchent du taff !

@Miss machin chouette // @Images : Miss Yuyu

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
21
4 Com'
Partage